Aller au contenu

Menu principal:

Site officiel de la ville de Saint-Leu d'Esserent

| Rechercher

Ville de feu

Découverte

Bienvenue sur la page VILLE DE FEU



A Saint-Leu d'Esserent, les signes de l'activité humaine remontent au Paléolithique et laissent à penser que les lieux ont été occupés depuis.

Il faudra néanmoins attendre le 11ème siècle pour que les éléments historiques se précisent. En 1081,
Hugues de Dammartin et l'évêque Gui de Beauvais contribuent à la fondation d'un prieuré dédié à Saint Leu par la puissante abbaye de Cluny. Si les 12ème et le 13ème siècle marquent l'apogée du développement du prieuré, les 14ème et 15ème siècles sont empreints d'une lente décadence.
Ils sont aussi le théâtre, en 1358, d'une échauffourée qui sera considérée comme le point de départ de la
" Grande Jacquerie ".

Pendant ces révoltes Les moines n'auraient pas été inquiétés par les Jacques. Les Anglais, en revanche, pillent par 2 fois la ville, et incendient l'église en 1436. La Renaissance apporte aussi son lot d'incidents, ainsi Henri IV aurait poursuivi une troupe catholique réfugiée dans l'abbatiale.

En 1789 la Révolution Française éclate, pendant ces évènements même si le Prieuré est fermé, la ville semble être restée calme. Le 19ème siècle est marqué par le développement industriel de la ville.
A partir du milieu du 19ème siècle une sucrerie s'installe à Saint-Leu. La Première et le Seconde Guerre Mondiale, comme partout en France, amènent leurs lots de désolations.

Les hommes de la Luftwaffe s'installent au Château de la Guesdière. Les carrières sont utilisées pour assembler les fusées V1 avec lesquelles ils bombardent les plus grandes villes d'Angleterre.

Pour détruire les stocks de V1 et les réseaux de communication, les Alliés font procéder à un bombardement intensif de la ville en 1944, 85% des bâtiments sont détruits.
En 1945, la reconstruction s'engage facilitée par les indemnités de guerre et l'implantation d'une centrale électrique dans les années 50.

La crise économique qui suit les chocs pétroliers sonne la fin de cette expansion. La sucrerie est la première à fermer.
En 1987, c'est le tour de la centrale.

La ville est partenaire de la Fédération Européenne des sites clunisiens

La Fédération Européenne des sites clunisiens a pour objectif de rassembler les lieux qui, en Europe, ont contribué à l'extraordinaire rayonnement de l'abbaye de Cluny (Bourgogne du sud), du Xe au XVIIIe siècle! : rayonnement spirituel, artistique, économique, politique et social. Les moines de Cluny furent à l'origine de l'émergence de centaines de bourgs et de villes. Chacun d'entre eux est détenteur d'une parcelle de cet héritage culturel européen unique.





Revenir au contenu | Revenir au menu